Venez avec moi en Italie à Lecce le temps d’un week-end !

 

Lors de ma venue à Lecce dans les Pouilles, j’ai fait la découverte d’un lieu hors du temps, L’HOTEL FIERMONTINA, et la rencontre d’une femme incroyable, ANTONIA FIERMONTE.

Cette demeure surprenante datant du 17ème siècle est une ancienne masseria, qui est protégée par les remparts du Roi Charles Quint. Elle fut achetée et intégralement restaurée par la famille Filali, Giacomo et Antonia qui sont les petits-enfants d’Antonia Fiermonte artiste italienne et muse des deux grands sculpteurs René Letourneur et Jacques Zwobada dans les années 30/45.

Nichée dans les ruelles de l’antique cité de Lecce et à seulement quelques mètres de la sublime Piazza del Duomo, cette vieille maison bourgeoise familiale a été transformée en 2015 en un hôtel cosy où il fait bon vire.

Il aura fallu plus de 10 années pour la restaurer ! Le résultat est à couper le souffle.

Comment vous présenter ce lieu sans-vous conter son histoire !

Cet écrin comprend 19 chambres et suites organisées sur deux étages. Cette maison est une invitation à l’amour, à la détente.

En 1948, Jacques Zwobada épouse Antonia Fiermonte, qui vient de divorcer de René Letourneur. Leur amour durera 8 années durant lesquelles cette femme d’une grande beauté au tempérament bien trempé, insufflera à l’artiste un nouveau style, avec la réalisation de sculptures aux courbes généreuses et sensuelles. Tout au long de sa vie Jacques réalisera des œuvres magnifiques et sera sans cesse sollicité. J’ai d’ailleurs découvert qu’il avait illustré les « Fleurs du mal » de Charles Baudelaire, l’un de mes livres préférés.

Mais je vais remonter un peu plus loin dans le temps pour que vous perceviez toute la beauté de cette histoire d’amour qui est immortalisée en ce lieu envoutant.

C’est dans les années 1930, qu’Antonia Fiermonte quitte sa région des Pouilles et devient modèle à la Villa Médicis de Rome. L’artiste René Letourneur, alors en résidence, tombe fou amoureux d’elle et l’épousera peu de temps après à Paris. A cette époque, René travaille avec Jacques Zwobada, c’était comme un frère pour lui. Antonia finira par traverser le jardin séparant les maisons des deux hommes pour épouser Jacques.

IMG_2996
Tapisserie de Zwobada

Toute la beauté des lieux s’exprime par le gout certain de la décoration qui se veut épurée et simple, avec les fauteuils de Le Corbusier et la tapisserie de Zwobada. Tous les ingrédients sont réunis pour apporter la douce sensation d’être ailleurs. Dès que vous poussez les portes de l’hôtel vos narines sont envoutées par le parfum exquis qui s’en émane, un encens qu’Antonia a fait concocter au Maroc vous transporte. En poursuivant ma visite j’avais l’impression d’être dans un musée ! Les œuvres accrochées aux murs et exposées dans l’hôtel ont toutes une histoire à raconter.

Malgré la météo pluvieuse, je me suis aventurée dans les jardins de l’hôtel où sont plantés des oliviers, citronniers et orangers centenaires, témoins du temps qui passe !  Au milieu des allées qui mènent à la piscine, les sculptures de Zwobada, René Letourneur, Zelanda et Fernand Leger vous accueillent généreusement. Et lorsque vous levez les yeux, vous pouvez admirer les remparts du Roi Charles Quint qui datent du XVIème siècle.

 

IMG_2935
Statut de Zelanda

Malgré la météo pluvieuse, je me suis aventurée dans les jardins de l’hôtel où sont plantés des oliviers, citronniers et orangers centenaires, témoins du temps qui passe !  Au milieu des allées qui mènent à la piscine, les sculptures de Zwobada, René Letourneur, Zelanda et Fernand Leger vous accueillent généreusement. Et lorsque vous levez les yeux, vous pouvez admirer les remparts du Roi Charles Quint qui datent du XVIème siècle.

Lorsque le lendemain matin je revins au Fiermontina pour poursuivre la visite, Antonia me proposa de prendre un café et me présenta par la même occasion les architectes, Charles-Philippe et Christophe de Design Laboratoire, qui ont géré toute la décoration des lieux. Installés dans le bar autour d’un délicieux capuccino, j’ai partagé avec nos deux compères talentueux toute l’histoire de la famille Fiermonte. Au mur les articles et affiches racontent l’histoire du boxeur et playboy Enzo, frère d’Antonia Fiermonte, qui mena une vie aussi surprenante que fascinante et au-dessus du bar, sont suspendus les sublimes luminaires d’Eileen gray. Parti à 14 ans de Bari, il devint boxeur et triompha d’un combat de manière inattendue et obtint ainsi la célébrité dans les années 30. Surnommé « la panthère blanche », il gagna le cœur de la veuve Lady Astor l’une des rescapées du Titanic et l’épousa. Quelques années plus tard, pour devenir acteur, il se rendit à Hollywood et parut dans plus de 100 films dont Ben-Hur ou Rocco et ses Frères.

Chargée d’émotion, cette adresse est comme un roman d’amour, au détour de la visite, les peintures et sculptures exposées vous racontent la fabuleuse histoire de la famille Fiermonte !

Le temps m’a manqué ainsi que la météo peu clémente, mais j’aurais adoré passer plus de temps dans les murs de la Fiermontina pour partager avec Antonia Fermonte, la petite fille d’Antonia, tous les détails de la vie trépidante de cette famille qui a laissé derrière elle, des œuvres et une histoire fantastique.

Publicités

Laisser un commentaire